Jean-Yves Duclos

Votre député de


Québec

Jean-Yves Duclos

Votre député de


Québec

Menu

Mon discours au 18e Congrès de la Fédération des locataires d’habitations à loyer modique du Québec

Seul le texte prononcé fait foi

Bonjour,

 

Je suis ravi d’être parmi vous aujourd’hui et de prendre part à ce congrès annuel de la Fédération des locataires d’habitations à loyer modique du Québec sur le territoire traditionnel de la nation huronne-wendat.

 

C’est toujours un plaisir pour moi de prendre part à un événement dans les locaux de l’Université Laval.

 

Cette université qui a, en quelque sorte, été mon deuxième chez-moi au cours des 23 années où j’y ai enseigné l’économie.

 

Je suis donc très heureux d’être dans ce lieu qui m’est cher pour vous parler d’un sujet qui, vous le savez, me tient aussi très à cœur : le logement.

 

La dernière fois que je suis venu vous parler, c’était à votre congrès, ici-même, l’année dernière.

 

Vous vous souvenez sans doute que j’avais très hâte de pouvoir lancer la première Stratégie nationale sur le logement du Canda.

 

Cette Stratégie est le fruit de la promesse que le premier ministre Justin Trudeau a faite, il y a trois ans et demi de cela maintenant, et du mandat qu’il m’a confié en novembre 2015.

 

Une initiative qui affirme clairement le renouvellement de l’engagement du gouvernement fédéral en matière de logement.

 

Je suis fière de vous dire que le gouvernement fédéral a fait des pas de géant depuis que je suis venu vous voir l’année dernière en ce qui a trait à la Stratégie.

 

Mais avant toute chose, revenons un peu en arrière afin que je puisse vous rappeler comment tout cela a commencé et pourquoi notre gouvernement a mis autant d’efforts pour développer cette Stratégie — le plus important et le plus ambitieux programme canadien d’investissement dans le logement de l’histoire canadienne.

 

Je sais que nous sommes tous d’avis que lorsque nous parlons de logement, nous parlons de bien plus qu’un simple toit au-dessous de la tête. Nous parlons aussi du bien-être et de la santé de nos familles et de nos communautés.

 

Notre domicile c’est un refuge. C’est un tremplin. C’est l’endroit où nous prenons soin de nos proches, où nous définissons notre appartenance et où nous préparons notre avenir.

 

Un chez-soi, c’est aussi l’endroit où nos enfants peuvent apprendre et s’épanouir, où les membres d’une famille se retrouvent autour de la table pour se raconter leur journée.

 

Un chez-soi permet aussi aux gens de trouver la stabilité nécessaire à leur réussite sur le marché du travail. C’est aussi le lieu où les aînés peuvent vivre heureux et dans la dignité.

 

Malheureusement, trouver un chez-soi sûr et abordable est hors de portée pour un trop grand nombre de Canadiens.

 

D’un bout à l’autre du pays, 1,7 million de familles vivent dans des habitations qui ne sont ni abordables ni convenables.

 

Voilà pourquoi, après plusieurs mois de consultations et de travail acharné, le 22 novembre dernier, le premier ministre Justin Trudeau et moi-même avons annoncé la Stratégie nationale sur le logement — un plan de plus de 40 milliards de dollars sur 10 ans visant à renforcer la classe moyenne, aider les Canadiens qui travaillent fort pour faire partie de cette classe moyenne, stimuler notre économie et veiller à ce qu’un plus grand nombre de Canadiens à l’échelle du pays aient un chez-soi.

 

Ce plan global comprend des initiatives d’envergure qui ciblent directement les besoins en matière de logement des Canadiens les plus vulnérables.

 

La Stratégie soutiendra en priorité les femmes et les enfants qui fuient la violence familiale, les aînés, les Autochtones, les personnes vivant avec des limitations, les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale et de toxicomanie, les anciens combattants et les jeunes adultes.

 

Comme le disait le premier ministre Trudeau lors du lancement de la Stratégie, le gouvernement canadien établit un nouveau leadership pour le fédéral en matière de logement.

 

L’objectif est simple : permettre à plus de Canadiens d’avoir accès à un logement qui répond à leurs besoins et qui est abordable.

 

En offrant des logements mieux adaptés et plus abordables, nous contribuons aussi à créer des communautés plus inclusives, un environnement plus sain et une économie plus robuste.

 

Mais pour ce faire, les paroles ne suffisent pas. Il nous faut également agir et c’est ce que nous avons fait au cours des derniers mois et ce que vous allez continuer de voir au cours des 10 prochaines années.

 

Par exemple, le 4 avril dernier, à Montréal, j’ai eu l’honneur de lancer le premier volet de la Stratégie nationale sur le logement — la nouvelle Initiative fédérale de logement communautaire.

 

Cet engagement de 500 millions de dollars sur 10 ans permettra de protéger les locataires et de stabiliser l’exploitation de quelque 55 000 logements communautaires dans des ensembles administrés par le gouvernement fédéral, dont 21 700 au Québec.

 

Au cours de la phase 1 de cette initiative, nous allons commencer par nous occuper des accords d’exploitation qui sont sur le point d’arriver à échéance.

 

Nous apporterons une aide financière, de sorte que les locataires pourront continuer de bénéficier de logements abordables.

 

Au Québec, ce sont 11 549 unités de logement qui sont admissibles pour la phase 1.

 

Puis, en 2020, nous lancerons la phase 2 de l’initiative — alors que nous commencerons à mettre en place de nouveaux accords d’exploitation avec les fournisseurs, à mesure que les anciens viendront à échéance au cours des dix années suivantes.

 

L’Initiative fédérale de logement communautaire donnera aux fournisseurs de logements, la stabilité et la prévisibilité dont ils ont grandement besoin pour continuer à offrir des chez-soi abordables.

 

Les fournisseurs de logements pourront aussi avoir accès à un nouveau Centre de ressources techniques et au Fonds de transformation du secteur, ce qui les aidera à connaître une transition en douceur vers les nouveaux accords d’exploitation.

 

Bien entendu, le logement communautaire administré par le gouvernement fédéral n’est qu’un segment du logement communautaire au Canada.

 

Environ 80 % du parc de logements communautaires est administré par les provinces et les territoires.

 

Voilà pourquoi nous collaborons étroitement avec nos partenaires provinciaux et territoriaux à l’établissement d’un cadre qui soutiendra cet important secteur de l’habitation.

 

Cette collaboration s’appuiera, entre autres, sur l’Initiative canadienne de logement communautaire, un investissement fédéral de 4,3 milliards de dollars qui permettra de protéger l’abordabilité de 330 000 logements communautaires, dont plusieurs des HLM.

 

Tout comme vous, notre gouvernement est profondément attaché au logement communautaire. Nous partageons cette vision de communautés inclusives, durables et dynamiques.

 

Alors que je parcours notre grand pays, j’ai le privilège d’être le témoin d’histoires pleines de succès et d’espoir qui démontrent que le travail que nous faisons est crucial et a un impact réel dans la vie des gens.

 

Par exemple Ana, une jeune mère monoparentale a quitté la République dominicaine pour s’installer au Canada il y a plus de 20 ans. Elle travaillait à temps plein tout en étudiant l’administration et avait de la difficulté à joindre les deux bouts.

 

Occupée par le travail, l’école et l’éducation de sa petite fille, Ana vivait dans des conditions de logement précaire lorsqu’elle a entendu parler pour la première fois des Habitations Jeanne-Mance à Montréal.

 

Ana a présenté une demande à la communauté pour un logement abordable et a été acceptée. Très rapidement, l’environnement positif et inclusif de son nouveau chez-soi lui a donné la confiance nécessaire pour terminer ses études.

 

Elle a aussi commencé à aider ses voisins, ce qui lui a fourni un nouveau sentiment d’appartenance.

 

Ana, qui est devenu une leader de la communauté, nous a raconté que Les Habitations Jeanne-Mance lui ont permis de s’épanouir, autant comme personne que dans sa vie professionnelle.

 

J’aimerais aussi vous parler de Rémi, un jeune homme atteint de lésions cérébrales traumatiques, qui habite le Pavillon Patrice-Villeneuve de la Maison Martin-Matte, une résidence de 30 logements accessibles et abordables située ici même, dans notre belle ville de Québec.

 

Rémi y habite depuis son ouverture en juillet 2016. Au cours d’une cérémonie, en novembre dernier, le jeune homme m’a expliqué comment son nouveau logement et son nouvel environnement avaient amélioré sa qualité de vie.

 

Autrefois entouré d’aînés, il peut désormais côtoyer des personnes de son âge.

 

Il a trouvé un emploi proche de chez lui et il relève de nouveaux défis grâce au soutien de sa collectivité.

 

Beaucoup de partenaires appuient l’histoire de Rémi. La Fondation Martin-Matte, les Immeubles HSF, la Société canadienne d’hypothèques et de logement, le gouvernement du Québec, la Ville de Québec et l’organisme Milieu de vie TCC ont tous contribué à son bien-être.

 

Quand on va au-delà des stratégies, des dollars et des plans, on trouve rapidement des personnes. L’expérience positive de Rémi est un exemple tangible des résultats que peuvent produire les partenariats.

 

Ce sont des histoires comme celles d’Ana et de Rémi qui donnent tout son sens au travail que l’on fait et fera ensemble dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement.

 

Une autre initiative de la Stratégie d’intérêt est l’Allocation canadienne pour le logement, qui sera mis en place en 2020 pour combattre les difficultés liées à l’abordabilité du logement.

 

Le gouvernement fédéral invitera les provinces et territoires à implanter en partenariat pour une Allocation canadienne pour le logement qui profite à 300 000 ménages.

 

 

L’Allocation canadienne pour le logement fournira une aide directe aux familles et aux personnes ayant des besoins en matière de logement.

 

Cette allocation sera conçue pour venir en aide aux Canadiens et Canadiennes qui habitent actuellement des logements communautaires, ceux sur la liste d’attente pour des logements communautaires et ceux logés sur le marché privé, mais qui ont du mal à joindre les deux bouts.

 

Le gouvernement s’attend à ce que chaque ménage bénéficiaire de l’Allocation canadienne pour le logement reçoive en moyenne 2 500 $ par année.

 

L’allocation permettra ainsi d’offrir plus rapidement une aide financière adaptée afin d’alléger la hausse du coût des logements.

 

Elle permettra également de mieux réagir face à l’évolution des besoins et des priorités en matière de logement à l’échelle locale.

 

Nous avons tous conscience que la Stratégie nationale sur le logement peut paraître ambitieuse.

 

Au cours de la prochaine décennie, la Stratégie réduira l’itinérance chronique de moitié, aidera 530 000 familles à répondre à leurs besoins en matière de logement et permettra de construire jusqu’à 100 000 logements abordables et communautaires.

 

 

Comme vous venez de l’entendre, nous avons déjà mis en branle les composantes principales de la Stratégie nationale sur le logement, et je suis ravi de pouvoir vous dire que les annonces faites jusqu’ici ne sont qu’un début.

 

Nous travaillons actuellement en étroite collaboration avec le gouvernement du Québec sur une entente bilatérale pour atteindre les objectifs en matière de logement, et ce, selon les besoins locaux.

 

L’habitation est une responsabilité partagée et tous les gouvernements jouent des rôles complémentaires.

 

Grâce à la Stratégie nationale sur le logement, nous avons devant nous une occasion sans précédent, celle de bâtir des communautés plus fortes et d’améliorer la qualité de vie de centaines de milliers de Québécois et de Québécoises.

 

Merci.